Etourneau dans le jardin : que savoir ?

Étourneau dans le jardin identification et conseils

Publié le : 10 mai 202413 mins de lecture

L’étourneau sansonnet est un oiseau au plumage noir iridescent facilement reconnaissable. Présent dans environ 30% des jardins en France, il se nourrit d’insectes, de larves, de baies et de fruits. Bien qu’il puisse causer des nuisances, il est possible de gérer sa présence de manière écologique. Découvrez comment identifier et cohabiter avec cet oiseau dans votre jardin.

📊 Bon à savoir

L’étourneau sansonnet est présent dans environ 30% des jardins en France selon les données d’observation. C’est un oiseau commun qui se nourrit principalement d’insectes, de larves, de baies et de fruits dans ces espaces verts.

Identification de l’étourneau

L’étourneau sansonnet est un oiseau noir au plumage iridescent facilement reconnaissable dans nos jardins. Cet oiseau grégaire vit en groupes pouvant atteindre plusieurs centaines d’individus, surtout en dehors de la période de nidification. Environ 30% des jardins en France accueillent régulièrement des étourneaux selon les données des observatoires de la biodiversité.

Identification de l’étourneau sansonnet

L’étourneau sansonnet mâle et femelle présente un plumage entièrement noir illuminé de reflets métalliques verts, bleus ou violets. En hiver, ce plumage noir est parsemé de petites taches blanches sur la poitrine et le ventre. Quelques critères permettent de facilement l’identifier :

  • Taille moyenne d’environ 21 cm de long
  • Bec jaune vif, court et pointu
  • Pattes roses assez longues
  • Queue courte et carrée
  • Vol rapide et direct, souvent en groupes compacts

Alimentation de l’étourneau

L’étourneau est un oiseau omnivore opportuniste. Il se nourrit principalement au sol, sondant la terre et les pelouses à la recherche de :

  • Vers de terre et autres invertébrés du sol
  • Insectes : chenilles, fourmis, scarabées, sauterelles…
  • Larves et œufs d’insectes
  • Petits mollusques et araignées

Il complète son alimentation de fruits (cerises, raisin, olives…) et de baies sauvages à l’automne et en hiver. L’étourneau fréquente aussi les mangeoires, appréciant particulièrement les mélanges de graines, les boules de graisse et le pain.

Comportement de l’étourneau sansonnet

Très grégaire, l’étourneau forme d’immenses groupes pouvant compter plusieurs millions d’individus à l’automne et en hiver. Ce grégarisme est une stratégie anti-prédateur : un faucon ou un épervier aura moins de chances d’attraper une proie dans un groupe compact d’étourneaux.

Les dortoirs d’étourneaux forment des rassemblements spectaculaires dans les arbres, sur les bâtiments ou les lignes à haute tension, accompagnés de bavardages sonores avant le coucher. Leurs ballets aériens au crépuscule, appelés « nuées », offrent un spectacle remarquable dans le ciel.

Les autres tendances de décoration :  Les cultures estivales à privilégier en suivant le calendrier lunaire de juin

Au printemps, les couples s’isolent pour nicher dans des cavités : trous d’arbres, fissures de falaises, mais aussi anfractuosités de bâtiments en ville. Ils élèvent 1 à 3 nichées de 4 à 6 oisillons entre avril et juillet.

Malgré leur mauvaise réputation liée aux dégâts qu’ils peuvent causer aux cultures, les étourneaux restent des oiseaux utiles et passionnants à observer. Leur présence dans le jardin contribue à réguler les populations d’insectes tout en nous offrant le spectacle de leurs prouesses aériennes.

Habitat et observation

Souvent observé en groupes importants, l’étourneau sansonnet est un oiseau très présent dans les milieux agricoles et urbains, où il trouve facilement de quoi nicher et se nourrir. Avec sa capacité d’adaptation remarquable, il fait partie des oiseaux les plus communs en France, que l’on peut apercevoir dans près de 30 % des jardins selon les données du programme de sciences participatives « Oiseaux des jardins ».

Des milieux variés pour nicher et s’alimenter

L’étourneau n’est pas difficile quant au choix de son habitat, du moment qu’il y trouve des cavités pour y construire son nid. En ville, il profite des anfractuosités des bâtiments, des trous dans les murs ou encore des lampadaires pour s’y installer. À la campagne, il privilégie les troncs d’arbres creux, les vieux murs de pierres ou les falaises.

Côté alimentation, l’étourneau est un oiseau opportuniste qui s’adapte à ce qu’il trouve. Il se nourrit principalement d’invertébrés comme les insectes, les vers de terre et les larves qu’il extrait du sol grâce à son bec puissant. Mais il apprécie aussi les baies et les fruits, n’hésitant pas à piller les vergers et les vignes à l’automne.

Un oiseau grégaire facile à repérer

L’étourneau est un oiseau très grégaire en dehors de la période de nidification. On peut ainsi l’observer en bandes parfois très importantes, pouvant compter plusieurs milliers d’individus. Ces groupes se rassemblent pour chercher leur nourriture dans les prairies, les pelouses ou les champs cultivés.

Cette vie en communauté rend l’étourneau facilement repérable. Leurs cris et leurs piaillements incessants ne passent pas inaperçus quand un groupe important s’installe quelque part. De même, leurs vols en formation serrée offrent un ballet aérien spectaculaire, avec des mouvements synchronisés et des changements de direction au dernier moment.

Un indicateur de la santé des écosystèmes

Malgré les nuisances qu’il peut parfois occasionner, l’étourneau joue un rôle écologique important. En tant que prédateur d’insectes, il contribue à réguler les populations d’invertébrés et limite les dégâts sur les cultures. Sa présence est donc un bon indicateur d’un écosystème équilibré et diversifié.

Cependant, les effectifs d’étourneaux ont fortement diminué ces dernières décennies en Europe, en raison notamment de l’intensification de l’agriculture et de la raréfaction des sites de nidification. Maintenir des habitats favorables dans les espaces verts urbains et préserver des zones semi-naturelles riches en insectes sont essentiels pour la survie de cette espèce.

Habitat et observation

Comportements et interactions

L’étourneau sansonnet est un oiseau fascinant et parfois controversé dans nos jardins. Grégaire par nature, il forme de grands groupes en dehors des périodes de reproduction, offrant un spectacle étonnant avec ses ballets aériens appelés « nuées ». Ces nuées d’étourneaux, pouvant compter jusqu’à plusieurs milliers d’individus, s’élèvent et tournoient dans le ciel à la tombée du jour, avant de se poser pour la nuit.

Les autres tendances de décoration :  Quels insectes ressemblent aux cafards ?

Un chant mélodieux et varié

Malgré leur réputation parfois négative, les étourneaux sont d’excellents chanteurs. Leur chant est composé d’une grande variété de sifflements, de claquements et d’imitations d’autres oiseaux. Ils sont capables de reproduire des sons de leur environnement, comme des aboiements de chiens ou des bruits mécaniques. Cette diversité fait de leur chant un véritable concert pour les oreilles attentives.

Interactions sociales complexes

Au sein de leurs groupes, les étourneaux entretiennent des relations sociales élaborées. Ils communiquent constamment entre eux par des cris et des postures. Des études ont montré qu’ils sont capables de reconnaître individuellement les membres de leur groupe et d’adapter leur comportement en conséquence. Cette organisation sociale sophistiquée leur permet de coordonner efficacement leurs déplacements et leurs activités.

Bénéfices écologiques

Malgré les nuisances qu’ils peuvent parfois causer, les étourneaux jouent un rôle important dans l’équilibre écologique. Grands consommateurs d’insectes, ils contribuent à réguler les populations de ravageurs dans les cultures et les jardins. Leurs déjections, riches en nutriments, participent à la fertilisation des sols.

Gestion des populations

Lorsque les groupes d’étourneaux deviennent trop importants, ils peuvent occasionner des dégâts dans les cultures ou les habitations. Des méthodes de gestion existent pour réguler leurs populations, comme l’effarouchement par des sons ou des rapaces, ou la pose de filets de protection sur les bâtiments. Cependant, il est important de privilégier des solutions respectueuses de l’environnement et de la biodiversité.

En définitive, l’étourneau sansonnet est un oiseau fascinant, doté de capacités vocales et sociales remarquables. S’il peut parfois se montrer envahissant, il n’en reste pas moins un élément précieux de notre biodiversité, qu’il convient de préserver et d’apprécier à sa juste valeur.

Comportements et interactions

Reproduction et cycle de vie

L’étourneau est un oiseau très prolifique qui peut avoir jusqu’à trois couvées par an. La période de reproduction s’étend généralement de mars à juillet, selon la situation géographique.

Lors de la nidification, le mâle arrive en premier sur le site et construit le nid dans une cavité en hauteur, comme un trou dans un tronc d’arbre, une falaise ou une fissure naturelle. L’étourneau étant une espèce cavernicole, il choisit souvent de s’installer dans des endroits élevés tels que :

  • Sous les toitures des maisons
  • À l’intérieur des lampadaires
  • Dans les greniers ou les trous de ventilation

Une fois le nid prêt, le mâle séduit la femelle avec force cris et une parade nuptiale. La femelle pond alors environ 6 œufs qu’elle couve seule pendant 14 jours. Les deux parents nourrissent ensuite les oisillons ensemble pendant 23 jours, jusqu’à ce que les jeunes prennent leur envol et quittent le nid familial.

Les autres tendances de décoration :  Identifier et reconnaitre les guêpes de terre

Si les étourneaux sont des alliés pour réguler les populations d’insectes nuisibles au jardin, leur tendance à nicher dans et sur les habitations peut rapidement devenir problématique. Lorsqu’un couple d’étourneaux s’installe, la colonie peut vite s’agrandir et causer d’importantes nuisances (bruit, salissures…).

La gestion de ces oiseaux en ville représente un vrai défi. Il est souvent nécessaire de faire appel à des professionnels pour trouver un équilibre entre préservation de l’espèce et limitation des désagréments, en employant des méthodes écologiques et durables pour réguler leur présence.

Reproduction et cycle de vie

Dissuasion et gestion des nuisances

Si les étourneaux peuvent apporter quelques avantages au jardin, leur présence en trop grand nombre devient vite problématique. Leurs déjections acides, les dégâts qu’ils provoquent aux cultures et leur comportement bruyant et grégaire en font des hôtes indésirables.

Dissuader les étourneaux de s’installer

La meilleure approche est de les empêcher de faire de votre jardin leur lieu de résidence. Pour cela, plusieurs méthodes écologiques existent :

  • Éviter de laisser de la nourriture accessible comme des fruits au sol ou des mangeoires. Les étourneaux sont attirés par les sources de nourriture faciles.
  • Installer des dispositifs d’effarouchement sonores (appeaux, effaroucheurs à gaz) ou visuels (cerfs-volants en forme de rapaces, CD réfléchissants). Les sons et les reflets lumineux peuvent les perturber.
  • Bloquer l’accès aux sites de nidification potentiels comme les cavités dans les bâtiments en installant des grillages ou des filets.

Favoriser la présence de leurs prédateurs naturels

Certains oiseaux comme la chouette hulotte ou le faucon crécerelle sont des prédateurs naturels des étourneaux. Laisser des vieux arbres avec des cavités ou installer des nichoirs adaptés peut favoriser leur présence et aider à réguler les populations d’étourneaux de façon naturelle.

En cas de prolifération importante

Si malgré ces mesures les étourneaux restent trop nombreux, il peut être nécessaire de faire appel à un professionnel. Des entreprises spécialisées peuvent mettre en place des systèmes anti-volatiles plus élaborés ou capturer et déplacer les oiseaux.

Dans tous les cas, mieux vaut agir de manière préventive pour éviter leur installation plutôt que de devoir gérer une colonie bien établie. Une bonne gestion de l’environnement du jardin limite les sources de nourriture et les abris utilisés par les étourneaux.

Dissuasion et gestion des nuisances

L’essentiel à retenir sur l’étourneau dans le jardin

L’étourneau sansonnet est un oiseau commun dans les jardins français. Son plumage distinctif et ses spectaculaires ballets aériens en font une espèce intéressante à observer. Bien que sa présence puisse nécessiter une gestion adaptée pour limiter les nuisances, des solutions écologiques existent. Avec une meilleure compréhension de son comportement et de ses besoins, une cohabitation harmonieuse avec cet oiseau est possible dans nos jardins.

Plan du site